Leçon de manipulation : "l’effet de gel"

L’effet de gel est une technique de manipulation décrite dans le Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens (1987, Robert-Vincent JOULE, Jean-Léon BEAUVOIS).

Il s’agit d’obtenir une décision, basée sur des fondements qui se révèlent inexacts par la suite, et sans lesquels la décision n’aurait pas été prise au départ.

L’effet de gel décrit le phénomène couramment observé de maintien de la décision d’origine, alors que les fondements clés de cette décision ont disparu.

Bien expliquée, la théorie de l’effet de gel est parfaitement compréhensible. Chacun peut se souvenir quand il s’est laissé prendre la dernière fois... Le tout, c’est d’être conscient que c’est une technique classique de manipulation !

Pour le projet éolien en mer de Courseulles-Arromanches, nous sommes clairement ici dans un exemple d’effet de gel. Le projet en effet a été "accepté" par les pouvoirs publics et une partie de la population grâce à différentes promesses :

  • la promesse de création d’une filière industrielle française, désormais abandonnée.
  • la promesses de milliers d’embauches, désormais totalement revue à la baisse et finalement principalement à l’étranger.
  • la promesse d’une implantation bien au large, en réalité très visible des côtes
  • la promesse de compatibilité avec un Classement Unesco, alors que l’implantation est au beau milieu de la zone protégée n°9 "vestiges subaquatiques", totalement rédhibitoire pour un classement
  • la promesse que ce sera le seul parc éolien en mer devant le Calvados, pour ne pas gêner les pêcheurs, alors que l’enquête publique vient de démarrer en 2019 pour trouver de nouvelles implantations en baie de Seine, en Normandie
  • la promesse d’un coût public raisonnable, en réalité 3 fois plus cher que chez nos voisins allemands et danois ou même à Dunkerque (attribué en juin 2019)

Et pourtant, on persiste ?!